Dorothy Alexandre

Le portrait de Dorothy a été réalisé par la talentueuse  Stacy Lee .

Le portrait de Dorothy a été réalisé par la talentueuse Stacy Lee.

Si on reste assis sur des acquis, il y a une nouvelle génération qui embarque et on peut facilement revenir en arrière.
— Dorothy (sur l'importance de continuer nos luttes et l'éducation)

Dorothy Alexandre est une entrepreneure en communication, anciennement journaliste et recherchiste pour une chaîne télévisuelle. C’est une femme dont la feuille de route est impressionnante, mais qui demeure humble et accessible. Dans les dernières années, elle s’est fait un devoir de soutenir, d’encourager et de guider des plus jeunes qu’elle, et c’est d’ailleurs comme cela que les filles de NOOR ont fait sa connaissance.

On n’arrive pas encore à bien comprendre comment elle fait tout ça, mais Dorothy est présidente du Conseil des Montréalaises, préside le conseil d’administration de Bureau de Prod, fait partie du Groupe des Trente, modère de nombreux panels de discussions, intervient dans des événements jeunesse et offre des services de consultation. Elle a aussi réalisé, scénarisé et animé un podcast ethnographique fantastique sur le quartier Côte-des-Neiges, à Montréal, qui s’intitule Uptown, le podcast. Ah oui, et elle est aussi maman d’une petite fille!

Dorothy aime       

Le roman L'alchimiste de Paulo Coelho. « J'étais jeune adulte, si je me souviens bien, mais c'est la première fois que je me suis penchée sur la notion de mission de vie. Aujourd'hui, c'est ce à quoi je carbure au quotidien. Cet ouvrage mérite d'être lu par toutes. »

Le discours TED de Chimamanda Ngozi Adichie intitulé The danger of a single story, sur l'importance de la pluralité des voix dans les narratifs qui façonnent nos médias et nos sociétés.

Les série télé This Is Us, «car les histoires racontées sont profondément humaines, universelles, loin des clichés » et The Wire, «une série sociologique et policière qui a comme trame de fond les problèmes de violence à Baltimore et les enquêtes policières complexes qui y sont déployés. Le créateur a su créer des personnages complexes auxquels on s'attache, et ce, malgré leur train de vie aux antipodes du mien. Il dresse le portrait du racisme, des iniquités sociales et de la corruption dans une société donnée, tout en mettant en relief le pouvoir de l'amour et de l'amitié.  Cette série est troublante, touchante, marquante.»

Elle est inspirée par son « amie Amandine Gay, afroféministe franco-montréalaise et réalisatrice du documentaire Ouvrir la voix, en raison de sa résilience et de sa persévérance pour faire entendre les voix de ces femmes invisibilisées; par Serena, pour sa force de caractère, sa force physique et ses exploits et par Mai Duong, une jeune femme montréalaise dont j'ai suivi le combat et la victoire contre un cancer agressif. Elle a été d'une grandeur d'âme tout au long de l'épreuve. Sa résilience m'a beaucoup marquée ».